Le vol Malaysian Airlines 370 et la piste terroriste – Analyse des hypothèses en concurrence

Le vol Malaysian Airlines 370 et la piste terroriste – Analyse des hypothèses en concurrence

Aviation civileThéorie du renseignement

Outils d’analyse en renseignement
appliqués à la disparition du vol MH 370 (3/3)

Introduction et sommaire de cette série <

Un mois jour pour jour après la disparition du vol Malaysian Airlines 370, toutes les pistes semblent mener au large de la côte ouest de l’Australie. L’hypothèse la plus probable de la catastrophe est celle d’un détournement de l’avion, commis par l’un des pilotes, vraisemblablement pour des raisons personnelles (suicide et/ou fraude à l’assurance) – cf. ce schéma récapitulatif.

Aussi, pour présenter un nouvel outil d’analyse structurée, j’ai choisi de me placer délibérément dans une situation antérieure et de focaliser sur la piste alors évoquée de l’appropriation frauduleuse de l’avion par un groupe terroriste (que ce soit pour prendre des otages ou pour utiliser l’avion lors d’une opération ultérieure).

Lisez la suite >>>

Bris de sureté à l’aéroport de Brisbane – La gestion du risque niveau zéro

Bris de sureté à l’aéroport de Brisbane – La gestion du risque niveau zéro

Aviation civileTous les professionnels de la sûreté de l’aviation civile vous le répèteront : le risque zéro n’existe pas. Tous vous le martèleront : il faut adopter une approche de gestion du risque. Problème : tout le monde le dit mais (presque) personne ne le fait.

Cette semaine, à l’aéroport international de Brisbane (Australie), s’est produit un bris de sûreté qui a conduit à faire sortir de la jetée 2 000 (deux mille !) passagers et à tous les faire passer une nouvelle fois au contrôle préembarquement. La raison de ce branle-bas de combat : une paire de ciseaux, aperçue trop tard au scanneur dans le bagage à main d’un passager.

Y avait-il vraiment besoin de perturber ainsi les opérations aéroportuaires et de nuire à ce point :

  • aux 2 000 passagers déjà dans la jetée,
  • aux centaines de passagers qui devaient y accéder au cours des prochaines heures,
  • et aux centaines de passagers bloqués dans les avions qui venaient d’atterrir ?

Pour moi, la réponse tient en trois mots : non, non, non.

Lisez la suite >>>

Des outils d’analyse en renseignement appliqués à la disparition du vol MH370

Des outils d’analyse en renseignement appliqués à la disparition du vol MH370

Aviation civileThéorie du renseignementLa mystérieuse disparition du Boeing 777 de la Malaysian Airlines suscite un engouement public et médiatique inédits pour ce type d’événement. Cette ferveur peut notamment s’expliquer par la singularité des circonstances, mais aussi par le manque de coordination des autorités locales et par l’opacité récurrente des services de renseignement des pays engagés dans les opérations de recherche. Pour pallier ce manque de communication, les internautes se sont tournés vers les réseaux sociaux pour s’informer au mieux, rendre compte de l’avancée de l’enquête et échafauder leurs propres théories.

Pour retrouver un avion perdu dans un océan gigantesque et découvrir les circonstances de cette disparition, des décisions importantes doivent être prises. Des choix difficiles doivent être faits. À cette fin, les décideurs ont besoin d’informations fiables et rationnelles. J’ai pensé que l’affaire du vol MH370 était l’occasion de présenter un certain nombre de techniques d’analyse, employées notamment par les services de renseignement dans des affaires complexes.

Lisez la suite >>>

Vol MH 370 – Les scénarios de prise de contrôle de l’aéronef en un graphique

Vol MH 370 – Les scénarios de prise de contrôle de l’aéronef en un graphique

Aviation civile

Outils d’analyse en renseignement
appliqués à la disparition du vol MH 370 (2/3)

Introduction et sommaire de cette série <

Stéphane Berthomet et moi-même poursuivons notre collaboration sur l’affaire du vol Malaysian Airlines 370.

Nous avons ainsi réalisé un graphique représentant les principaux scénarios de prise de contrôle de l’aéronef :

Le graphique accompagne un article de Stéphane pour son blogue au Journal de Montréal - avec une entrevue (en podcast) qu’il a accordée le même jour à Radio-Canada.

Une version anglaise du graphique est également disponible.

Ce graphique nous permet de constater que, dans la plupart des hypothèses, les pilotes auraient l’occasion de prévenir les autorités de la tentative de prise de contrôle. On peut donc en conclure que la piste la plus probable (mais pas nécessairement la bonne…) est celle du détournement réalisé à l’initiative d’un pilote.

3ème partie -
Piste terroriste – Les possibles organisations responsables
- Analysis of Competing Hypotheses >>>

Disparition du vol MH370 – Les principales hypothèses en une image

Disparition du vol MH370 – Les principales hypothèses en une image

Aviation civileThéorie du renseignement

Outils d’analyse en renseignement
appliqués à la disparition du vol MH 370 (1/3)

Introduction et sommaire de cette série <

Cette semaine, j’ai soumis à mon ex-collègue-et-néanmoins-ami Stéphane Berthomet un schéma synthétisant les principales hypothèses dans ce qu’il faut bien appeler le mystère du vol Malaysian Airlines 370.

Ancien policier de l’antiterrorisme français – devenu néo-Québecois -, Stéphane est aujourd’hui spécialiste des questions policières au réseau TVA Nouvelles et chroniqueur au Journal de Montréal. Il s’est tout de suite intéressé au document et l’a publié sur son blogue professionnel – blogue dont je recommande d’ailleurs, à d’autres égards, de faire une lecture récurrente.

Le graphique repose sur une technique d’analyse structurée dite Hypothesis Mapping. Il ne prétend ni à la précision d’une horloge suisse, ni à l’exhaustivité, mais tente de capturer en une image les principales hypothèses avancées dans cette affaire, ainsi que leur degré de probabilité.

Étant donné l’accueil favorable qu’a eu le billet de Stéphane consacré à ce schéma sur les réseaux sociaux, j’ai décidé de le mettre en ligne sur ce blogue, afin de pouvoir le tenir à jour, au fur et à mesure que l’enquête progressera.

2ème partie : Vol MH 370 –
Les scénarios de prise de contrôle
de l’aéronef en un graphique >>>

Assaut du poste de pilotage : une vidéo de désinformation massive

Assaut du poste de pilotage : une vidéo de désinformation massive

Aviation civile

Installer une barrière secondaire pour sécuriser l’ouverture de la porte du poste de pilotage est une option intéressante. Mais elle doit être évaluée sérieusement, selon une approche de gestion du risque. Non pas à l’aune de vidéos sensationnalistes volontairement trompeuses.

La semaine dernière, le landerneau de la sureté du transport aérien américain était en émoi. Une reconstitution filmée – avec figurants, dans un avion au sol, sans passagers – montrait qu’il était possible de prendre d’assaut le cockpit d’un avion de ligne. Et ce, malgré le renforcement de la porte du poste de pilotage – mesure instaurée en occident sur tous les avions de transport commercial de passagers au lendemain du 11-Septembre.

Les deux individus interprétant les assaillants n’ont pas défoncé ou déverrouillé ladite porte. Ils ont profité d’une faille dans la procédure de sureté concernant l’ouverture de la porte durant le vol. Entre le moment où la porte du poste de pilotage s’ouvre et celui où elle se referme sur l’un des assaillants, il s’est écoulé moins de 2 secondes !

Effrayant, non ? Eh bien… non.

Lisez la suite >>>

La loi américaine sur les armes à feu indétectables rate sa cible | 2/3

La loi américaine sur les armes à feu indétectables rate sa cible | 2/3

Aviation civile

Introduction et sommaire de cette série

2ème partie – Comment détecter une arme indétectable ?

Énoncer une interdiction ne suffit pas. Encore faut-il être capable de la faire respecter. Pour pouvoir réprimer les porteurs d’armes prohibées, encore faut-il être capable de repérer ces armes. Seulement voilà : comment détecter des armes indétectables ?

Interrogé récemment par Le Figaro, le conseiller juridique de l’association Gun Owners of America, Michael Hammond, déclarait :

MichaelHammondguillemet_Les pistolets en plastique ne représentent pas une véritable nouvelle menace, pour un certain nombre de raisons. Les rayons X dans les aéroports permettent de détecter un pistolet en plastique, les rayons X dans les tribunaux le font aussi, donc dans ces circonstances, je ne suis pas sûr que cela constitue un vrai danger.

Oh, comme on aimerait que ce soit aussi simple !

Lisez la suite >>>

Bombe tuyau à l’aéroport d’Edmonton – Un expert israélien se lâche

Bombe tuyau à l’aéroport d’Edmonton – Un expert israélien se lâche

Aviation civileEn septembre dernier, un jeune Albertain de 18 ans, Skylar Murphy, prenait l’avion à Edmonton avec ses parents pour un court séjour au Mexique.

Au point de contrôle préembarquement, les agents de l’Administration canadienne de la sûreté du transport aérien (ACSTA) repèrent un objet suspect dans le sac du jeune homme. L’agent qui réalise la fouille y découvre une « pipe bomb » (bombe tuyau). En raison d’un manque criant de culture de sureté de l’aviation civile, ledit agent identifie l’objet comme une pipe… à crack ! Il teste l’objet au détecteur de drogues… et non d’explosifs.

Le contrôle étant négatif, l’agent redonne l’engin explosif à l’adolescent, lequel refuse. La bombe finit dans le container des objets confisqués et le jeune passager part tranquillement prendre son vol. La police fédérale ne sera avertie de l’incident que quatre jours plus tard. Et l’affaire ne filtrera dans les médias. que quatre mois plus tard, suite au procès du jeune contrevenant. Pour la transparence de l’administration, veuillez repasser plus tard !

ACSTADans cette affaire qui en dit très long sur la conception canadienne de la sureté de l’aviation civile, je me contenterai de reprendre ici l’entrevue accordée à CBC par Isaac Yaffet, ancien responsable de la sureté de la compagnie aérienne israélienne El Al.

La vidéo ci-dessous est précédée d’une publicité de 30 secondes, mais franchement, l’attente vaut la peine : en quelques minutes, l’expert décoche ses flèches à l’endroit de l’ACSTA. Tout le carquois y passe. Dans le mille.

This is music to my ears :

La loi américaine sur les armes à feu indétectables rate sa cible | 1/3

La loi américaine sur les armes à feu indétectables rate sa cible | 1/3

Aviation civile

Introduction et sommaire de cette série

1ère partie – Une loi obsolète

Depuis 1988, l’article 922, paragraphe (p) de l’United States Code
est ainsi rédigé :

guillemet_loi2(1) It shall be unlawful for any person to manufacture, import, sell, ship, deliver, possess, transfer, or receive any firearm—

(A) that, after removal of grips, stocks, and magazines, is not as detectable as the Security Exemplar, by walk-through metal detectors calibrated and operated to detect the Security Exemplar; or

(B) any major component of which, when subjected to inspection by the types of x-ray machines commonly used at airports, does not generate an image that accurately depicts the shape of the component (…)

(2) For purposes of this subsection—

(A) the term “firearm” does not include the frame or receiver of any such weapon;

(B) the term “major component” means, with respect to a firearm, the barrel, the slide or cylinder, or the frame or receiver of the firearm; and

(C) the term “Security Exemplar” means an object, to be fabricated at the direction of the Attorney General, that is—

(i) constructed of, during the 12-month period beginning on the date of the enactment of this subsection, 3.7 ounces of material type 17–4 PH stainless steel in a shape resembling a handgun; and

(ii) suitable for testing and calibrating metal detectors. (…)

Certes, depuis l’entrée en vigueur de la loi, les modèles d’armes à feu en polymère se sont multipliés. Mais nous n’avons assisté à aucune prise de contrôle d’aéronef par des pirates de l’air armés exclusivement de Glock ou de Steyr-M. Ce n’est pas à la loi américaine sur les armes à feu indétectables qu’on le doit, mais bien plutôt au fait que ces pistolets demeurent des armes chères et relativement difficiles à se procurer. Mais surtout, contrairement à la rumeur, ces pistolets ne sont pas indétectables. Devant les mesures de sureté aux aéroports, il s’agit d’armes à feu comme les autres.

Lisez la suite >>>

La loi américaine sur les armes à feu indétectables rate sa cible | 0/3

La loi américaine sur les armes à feu indétectables rate sa cible | 0/3

Aviation civile

Introduction

Cette semaine, le Congrès américain a reconduit à l’identique, pour dix ans, la loi prohibant les armes indétectables (Undetectable Firearms Act), votée en 1988 pour une durée déterminée – et régulièrement renouvelée depuis.

À l’origine, ce texte avait pour objectif d’empêcher d’éventuels terroristes d’introduire de telles armes à bord des avions de ligne pour en prendre le contrôle. Des fabricants d’armes tels que Steyr Mannlicher et Glock avaient en effet produit des pistolets en polymère. Selon la rumeur – alimentée par une fameuse (et malencontreuse) réplique de Bruce Willis dans Die Hard 2 -, ces armes pourraient tromper les systèmes traditionnels de détection.

guillemet_mcclaneThat punk pulled a Glock 7 on me. You know what that is? It’s a porcelain gun made in Germany. Doesn’t show up on your airport X-ray machines, here, and it cost more than you make in a month.

Bien que les preuves formelles de cette assertion fassent défaut, les pouvoirs publics américains ont pris la chose très au sérieux. Et les attentats du 11-Septembre n’ont rien fait pour les rasséréner.

Lisez la suite >>>