Débat radiodiffusé sur la Scientologie – « Médium large », idées courtes

SectesQuand un médiocre apologiste de l’Église de scientologie a plus souvent raison qu’une journaliste de Radio-Canada, il faut commencer à se remettre en question dans la tour du boulevard René-Lévesque Est.

N’étant pas un grand auditeur de radio, j’étais passé à côté de l’édition du 11 mai dernier de l’émission Médium large, sur la première chaine radio de Radio-Canada.

CatherinePerrinCatherine Perrin souhaitait évoquer la sortie sur les écrans de cinéma canadiens du documentaire d’Alex Gibney : Going Clear – Scientology and the Prison of Belief.

EmilieDubreuilAlainBouchardPour commenter ce long-métrage, l’animatrice recevait <Émilie Dubreuil, journaliste à Radio-Canada, et Alain Bouchard>, sociolologue des religions et professeur à l’Université Laval, à Québec.

Continuer la lecture de Débat radiodiffusé sur la Scientologie – « Médium large », idées courtes

Pour en finir avec les exemptions fiscales de la scientologie au Québec

SectesSi les églises de scientologie ne doivent pas bénéficier d’éxonération de taxes foncières, ce n’est pas parce qu’elles font des profits ; ni parce qu’une telle exonération viole le principe de laïcité.  Mais parce que ces églises ne respectent pas la loi pénale. Mais encore faut-il se donner la peine de les poursuivre en justice pour les faire condamner.

La semaine dernière, un éditorialiste de La Presse, Paul Journet, revenait sur la question des exemptions fiscales de l’Église de scientologie au Canada, et notamment au Québec.

Il faisait écho à une récente série d’articles parue conjointement dans le journal Les Affaires et le quotidien gratuit Métro. Il y était question du patrimoine immobilier de l’église controversée et, en particulier, des taxes foncières municipales impayées de son antenne montréalaise.

Continuer la lecture de Pour en finir avec les exemptions fiscales de la scientologie au Québec

Lutte contre les sectes en France – Chronique d’un naufrage annoncé

SectesH ier, le quotidien Libération a consacré cinq pages – dont la une – à la vacillante lutte contre les sectes en France :

Organismes administratifs moribonds, enquêtes judiciaires qui s’étirent en vain, désintérêt des hautes instances de l’État,… Le constat est amer. Mais il était prévisible.

Continuer la lecture de Lutte contre les sectes en France – Chronique d’un naufrage annoncé

Santé publique : la menace antivaccin vient surtout de l’intérieur

SectesRestreindre les cas légaux d’exemption de vaccination ne suffit pas – loin s’en faut – pour limiter les épidémies virales et préserver la santé publique. En effet, c’est l’exception légale la plus légitime (la contre-indication médicale) qui, paradoxalement, permet à l’antivaccinisme de prospérer dans les pays occidentaux.

La question de l’opposition à la vaccination revient en force ces derniers temps :

Continuer la lecture de Santé publique : la menace antivaccin vient surtout de l’intérieur

Protection de l’information : Pour une approche multi-dimensionnelle – et non multi-couche

infosecEn matière de sûreté dans des environnements complexes, il convient de résister à la tentation de multiplier dans l’urgence les protections. Il s’agit plutôt de se concentrer en premier lieu sur un nombre restreint de mesures, afin de parer aux risques les plus importants. Cela est valable aussi bien en sûreté physique qu’en sécurité de l’information, comme nous le montre un cas récent – et grave – de piratage informatique dans le secteur de la santé aux États-Unis.

On apprenait la semaine dernière que le deuxième groupe d’assurances de santé américain, la compagnie Anthem, avait subi une attaque informatique d’envergure. Les pirates auraient en effet eu accès aux informations personnelles de 80 millions (oui, quatre-vingts millions) d’Américains.

Bien que ce ne soit pas le premier événement du genre dans le secteur de la santé, le « hack » d’Anthem semble cette fois avoir constitué un véritable électrochoc. Il est vrai qu’il survient peu après un autre piratage emblématique de l’ampleur du problème, celui de Sony Pictures Entertainment.

Continuer la lecture de Protection de l’information : Pour une approche multi-dimensionnelle – et non multi-couche

‘iPad Bombs': Batteries not included (4/4)

4ème partie – « Oui mais, les scanneurs à bagages peuvent être hackés ! »

Introduction et sommaire de cette série d’articles

Aviation civileNous l’avons vu, allumer son iPad Air ou son Galaxy SIII sous le nez d’un agent de contrôle avant d’embarquer ne présente aucun intérêt en termes de sureté de l’aviation civile.

Parmi les différentes raisons précédemment évoquées, la principale tient dans le fait que tous les objets détenus par un passager font l’objet d’un contrôle au scanneur à bagages amplement suffisant pour détecter un éventuel iPad piégé.

Toutefois, qu’en serait-il si un individu malintentionné parvenait à prendre indûment le contrôle de la console d’opération de ce scanneur ? C’était précisément le sujet d’une présentation fort médiatisée lors de la dernière édition du Black Hat, une conférence de hackers informatiques. On apprenait ainsi de la bouche de Billy Rios, Director of Vulnerability Research chez Qualys, que ces consoles de scanneur sont vulnérables à des attaques informatiques.

Si l’on peut pirater les scanneurs à bagage, les conclusions que j’ai précédemment tirées dans cet article sont-elles ipso facto obsolètes ? Pas le moins du monde.

Continuer la lecture de ‘iPad Bombs': Batteries not included (4/4)

Un « bris de sureté » n’est pas nécessairement… un bris de sureté.

Aviation civileCette fin de semaine, l’Australie a été une fois encore le théâtre d’un incident révélateur d’une bien piètre gestion du risque de sûreté aéroportuaire.

Cette fois, l’incident s’est déroulé à l’aéroport de Sydney, dans le terminal 3 – réservé aux vols intérieurs de la compagnie Qantas. Un passager descendant d’un vol domestique, tout occupé à consulter son iPad, est sorti de la zone réglementée. Se rendant compte rapidement de son erreur, il a fait demi-tour sur-le-champ et est retourné dans ladite zone réglementée pour aller prendre sa correspondance.

C’est ce que les règlements et les standards internationaux de l’aviation civile aérienne appellent – mal à propos – un « security breach » (bris de sureté).

Continuer la lecture de Un « bris de sureté » n’est pas nécessairement… un bris de sureté.

La scientologie vers une reconnaissance officielle comme religion en Russie

SectesLa Russie n’a aucune raison valable de refuser à la scientologie le statut de religion. C’est en substance ce que vient de décider la Cour européenne des droits de l’homme. Et c’est normal : la lutte contre les sectes nocives doit se faire dans le respect du droit – national et international.

RussiaVoilà des années et des années que les autorités russes multipliaient les refus de reconnaitre la scientologie comme une religion, usant d’arguments abscons et d’excès bureaucratiques.

scientology-crossQue l’on soit pour ou contre l’organisation de L. Ron Hubbard ne change rien à l’affaire. Une telle obstination de la part des autorités publiques relève de l’aveuglement. Je l’avais déjà expliqué à deux occasions (12) à l’endroit de l’Angleterre. Cette fois, la messe est dite aussi à l’encontre de la Russie, par une instance judiciaire européenne. Et pour la deuxième fois en 5 ans !

Continuer la lecture de La scientologie vers une reconnaissance officielle comme religion en Russie

‘iPad Bombs': Batteries not included (3/4)

3ème partie – Combien faut-il d’iPhones pour faire exploser un avion de ligne ?

Introduction et sommaire de cette série d’articles

Aviation civileAdmettons qu’un terroriste puisse embarquer une coque de tablette ou de téléphone intelligent remplie d’explosif sans qu’elle soit détectée par le scanneur à bagage de cabine.

Mais cette coque peut-elle contenir une charge suffisante pour endommager l’aéronef au point d’entrainer sa destruction ?

Continuer la lecture de ‘iPad Bombs': Batteries not included (3/4)

« Des p’tits trous, des p’tits trous, encore des p’tits trous…»

ou
La TSA et le complexe du poinçonneur des Lilas.

Aviation civileIl y a quelques jours, on apprenait que la Transportation Security Administration (TSA) allait supprimer tous les agents de profilage comportemental (Behavior Detection Officers – BDO) à temps plein dans 35 aéroports américains, soit 246 postes.

L’administration a justifié ces coupes par des restrictions budgétaires, mais aussi par des considérations de gestion du risque. Comprenne qui pourra…

 L’AFGE – le syndicat représentant les agents de contrôle de la TSA – a aussitôt dénoncé cette décision :

guillemet_AFGE once again argued its position that, particularly in light of the LAX shooting incident, the union believes there is a need for more BDOs, not less.

On ne saurait mieux dire.

Continuer la lecture de « Des p’tits trous, des p’tits trous, encore des p’tits trous…»