Un « bris de sureté » n’est pas nécessairement… un bris de sureté.

Aviation civileCette fin de semaine, l’Australie a été une fois encore le théâtre d’un incident révélateur d’une bien piètre gestion du risque de sûreté aéroportuaire.

Cette fois, l’incident s’est déroulé à l’aéroport de Sydney, dans le terminal 3 – réservé aux vols intérieurs de la compagnie Qantas. Un passager descendant d’un vol domestique, tout occupé à consulter son iPad, est sorti de la zone réglementée. Se rendant compte rapidement de son erreur, il a fait demi-tour sur-le-champ et est retourné dans ladite zone réglementée pour aller prendre sa correspondance.

C’est ce que les règlements et les standards internationaux de l’aviation civile aérienne appellent – mal à propos – un « security breach » (bris de sureté).

Continuer la lecture de « Un « bris de sureté » n’est pas nécessairement… un bris de sureté. »

« Des p’tits trous, des p’tits trous, encore des p’tits trous…»

ou
La TSA et le complexe du poinçonneur des Lilas.

Aviation civileIl y a quelques jours, on apprenait que la Transportation Security Administration (TSA) allait supprimer tous les agents de profilage comportemental (Behavior Detection Officers – BDO) à temps plein dans 35 aéroports américains, soit 246 postes.

L’administration a justifié ces coupes par des restrictions budgétaires, mais aussi par des considérations de gestion du risque. Comprenne qui pourra…

 L’AFGE – le syndicat représentant les agents de contrôle de la TSA – a aussitôt dénoncé cette décision :

guillemet_AFGE once again argued its position that, particularly in light of the LAX shooting incident, the union believes there is a need for more BDOs, not less.

On ne saurait mieux dire.

Continuer la lecture de « « Des p’tits trous, des p’tits trous, encore des p’tits trous…» »

Sélection des voyageurs au point de contrôle – Le mieux est l’ennemi du bien (1/2)

1ère partie – État sommaire du système de contrôle passagers en vigueur dans les aéroport américains

Aviation civile

Le nouveau système aéroportuaire de contrôle des passagers développé par la TSA tranche avec les précédentes initiatives. Baptisé Managed Inclusion, il instaure une véritable synergie entre les diverses mesures de sureté qu’il intègre. Devant le succès rencontré depuis quelques mois, la TSA a récemment décidé d’élargir rapidement son application. Paradoxalement, cela risque de déplaire à toute une frange de voyageurs ; mais surtout de rendre les contrôles moins sécuritaires.

Depuis plusieurs mois, la Transportation Security Administration (TSA) a mis en place un nouveau système de sélection et de contrôle des passagers avant l’embarquement. Cette initiative, baptisée Managed Inclusion, n’introduit pas de nouvelles technologies. Il s’agit en fait d’une inédite façon de procéder avec des outils préexistants.

Continuer la lecture de « Sélection des voyageurs au point de contrôle – Le mieux est l’ennemi du bien (1/2) »

Y a-t-il une hôtesse dans l’avion ?

Airplane!Deux précautions valent mieux qu’une. Mais une seule correctement assimilée vaut mieux que cent mal comprises.

À peine avais-je bouclé mon article sur un incident à l’aéroport de Mumbai (Inde) que déjà l’actualité me rattrapait : un événement similaire venait de se produire à l’aéroport de Marseille-Provence (France).

En deux mots, le 3 mai dernier, deux amies partant ensemble en vacances pour Héraklion, en Crète (Grèce) se sont retrouvées par mégarde dans un avion à destination de Munich (Allemagne). À l’embarquement, l’une des femmes a trouvé sa place déjà occupée et l’autre a constaté que son siège… n’existait pas…

L’hôtesse n’a alors vérifié que les numéros de siège, constaté le problème et résolu la situation en installant les deux femmes sur les deux derniers sièges libres, devant la sortie de secours de l’avion. Ce n’est qu’une fois arrivées en Bavière que les deux vacancières se sont aperçu de l’erreur.

Continuer la lecture de « Y a-t-il une hôtesse dans l’avion ? »

La loi américaine sur les armes à feu indétectables rate sa cible | 3/3

> Introduction et sommaire de cette série <

3ème partie – Une loi qui aggrave la situation

Aviation civileL‘enfer est pavé de bonnes intentions. Si l’on ne peut être contre la vertu, il faut tout de même constater que la loi de 1988 sur les armes indétectables fait, au final, plus de mal que de bien.

Un terroriste tente de passer dans un avion avec une bombe cachée dans une de ses chaussures ? Dès lors, dans les aéroports, on passe tous les souliers au scanneur à bagage de cabine.

Un terroriste dissimule une charge explosive dans ses sous-vêtements et réussit à l’introduire dans un avion de ligne ? On installe dans les aéroports des scanneurs corporels.

Un groupe terroriste identifié planifie de passer clandestinement des explosifs liquides à bord d’aéronefs ? On instaure dans tous les aéroports un volume limite de liquides, aérosols et gels autorisé en cabine des avions.

Mais la simple possibilité qu’un individu lambda puisse – éventuellement, dans ses rêves les plus fous – tenter de monter à bord une arme à feu en plastique et la réponse des pouvoirs publics est sans appel : on interdit la simple possession de telles armes partout sur le territoire des États-unis d’Amérique.

Continuer la lecture de « La loi américaine sur les armes à feu indétectables rate sa cible | 3/3 »

La loi américaine sur les armes à feu indétectables rate sa cible | 2/3

Introduction et sommaire de cette série

2ème partie – Comment détecter une arme indétectable ?

Aviation civileÉnoncer une interdiction ne suffit pas. Encore faut-il être capable de la faire respecter. Pour pouvoir réprimer les porteurs d’armes prohibées, il est impératif d’être en mesure de repérer ces armes. Seulement voilà : comment détecter des armes indétectables ?

Interrogé récemment par Le Figaro, le conseiller juridique de l’association Gun Owners of America, Michael Hammond, déclarait :

MichaelHammondguillemet_Les pistolets en plastique ne représentent pas une véritable nouvelle menace, pour un certain nombre de raisons. Les rayons X dans les aéroports permettent de détecter un pistolet en plastique, les rayons X dans les tribunaux le font aussi, donc dans ces circonstances, je ne suis pas sûr que cela constitue un vrai danger.

Oh, comme on aimerait que ce soit aussi simple !

Continuer la lecture de « La loi américaine sur les armes à feu indétectables rate sa cible | 2/3 »

Affaire du tireur parisien – Le profilage criminel a du plomb dans l’aile

TerrorismeLe profilage criminel sied mieux aux séries télévisées américaines qu’à la chronique judiciaire française. C’est ce que m’inspire la lecture d’une analyse livrée par une célèbre criminologue dans l’affaire du tireur parisien. Au programme : grossières erreurs et poncifs édifiants.

Marronnier de la presse, poule aux oeufs d’or des producteurs du grand et du petit écrans, le profilage criminel alimente bien des fantasmes dans la population et chez nombre de chroniqueurs judiciaires. Mais cette ferveur au long cours empêche apparemment de se poser la question qui fâche : le profilage criminel fonctionne-t-il vraiment ?

Si l’on se fie au récent profil livré par une criminologue spécialisée, en plein coeur de l’affaire du tireur parisien, on est en droit d’en douter.

Continuer la lecture de « Affaire du tireur parisien – Le profilage criminel a du plomb dans l’aile »

Non, le profilage de sureté ne doit pas être du profilage racial

De toutes les mesures de protection de l’aviation civile, le profilage est décidément la plus mal comprise. Dès qu’un politicien ou un journaliste se penche sur la question, le terme est encore et toujours synonyme de « profilage racial ».

Cette incompréhension majuscule offre diverses déclinaisons. Par exemple, depuis plusieurs années, resurgit régulièrement une théorie saugrenue selon laquelle le profilage racial aurait parfaitement sa place dans les systèmes de sûreté de l’aviation civile des pays démocratiques.

Continuer la lecture de « Non, le profilage de sureté ne doit pas être du profilage racial »

Que nous apprend l’attentat de Bourgas ?

Le 18 juillet dernier, à l’aéroport de Bourgas (Bulgarie), un attentat à la bombe a causé la mort de six personnes et fait 30 blessés. L’explosion s’est produite dans le stationnement qui fait face à l’aérogare et visait un autocar affrété pour conduire à leur hôtel des touristes israéliens qui venaient de débarquer de l’avion – cinq d’entre eux en sont décédés.

Le porteur de la bombe était un homme d’une trentaine d’années, déguisé comme un touriste, qui aurait ainsi pu monter à bord de l’autocar visé sans éveiller les soupçons. On pense aujourd’hui qu’il aurait agi comme « mule », pour le compte d’un autre terroriste, situé à proximité, qui aurait déclenché l’explosion au moment opportun. Continuer la lecture de « Que nous apprend l’attentat de Bourgas ? »

Une tarte aux pêches révélatrice

Par Amotz Brandes

Version originale : Peach Piechameleonassociates.com

Traduit de l’anglais (américain) par AP

________________________________________

À la soirée barbecue où je me trouve, je remarque que l’homme qui se tient près du buffet des desserts porte un holster sous sa veste. Je m’en aperçois au moment où il se saisit d’une part de tarte aux pêches. Le pistolet est visible (il me semble que c’est un HK). Bref, il y a un homme étrange avec une arme dans la place. La question qui se pose alors est la suivante : devrais-je m’en inquiéter ?

« Hey, Mike. Ce type là-bas, il a un pistolet.

– Oh, tu parles de Joe ? Ouais, il est avec ma sœur, Julie. Il est détective privé. En fait, ils doivent partir tôt parce qu’il travaille ce soir. C’est un type formidable.»

Tout ce que cela m’a pris pour écarter la « menace du pistolet » : un dialogue de deux répliques. J’y ai appris que l’invité au pistolet a une raison légitime de le porter, qu’il est connu et que c’est un type bien.

Mais nous focalisons encore tellement sur la détection des armes. Toutes sortes de technologies sont dédiées à cette tâche. Peut-être est-ce parce qu’il semble plus facile de traiter avec des objets qu’avec des êtres humains. Peut-être est-ce parce que, pour une raison psychologique ou culturelle, il nous parait plus simple de chercher une chose que de tenter de découvrir les pensées d’une personne ou d’expliquer son comportement. Ce n’est pas que la question des armes ne soit pas pertinente. Bien sûr qu’elle l’est. Mais ce n’est là qu’une petite partie de l’équation.

Il y a un pistolet à la soirée barbecue, mais aucune intention maligne. L’intention, voilà la notion-clé. Ce type pourrait tout aussi bien porter une grenade, un sabre ou un lance-roquettes, cela ne ferait aucune différence ; parce qu’il n’est pas un adversaire et qu’il n’a pas de plan d’attaque. La seule chose qu’il semble avoir l’intention d’attaquer, c’est sa part de tarte.